Kaonabo FM

Israël : Isaac Herzog élu nouveau président du pays

En pleine crise politique, l’État d’Israël s’est réveillé avec un nouveau président ce matin.

Le travailliste Isaac Herzog a été élu président de l’État hébreu ce mercredi 2 juin 2021, par les députés, à quelques heures d’un ultimatum pour former un gouvernement de coalition en Israël.

Ancien chef du Parti travailliste, le sexagénaire est le onzième président hébreu et remplace Reuven Rivlin à ce poste honorifique pour un mandat de sept ans.  Isaac Herzog, a été élu avec 87 voix favorable contre 26 pour son adversaire Miriam Peretz.  Le nouveau président  rentrera en fonction en  juillet prochain.

Le président Herzog a remercié son adversaire Miriam Peretz, éducatrice sans expérience en politique mais figure populaire dans la société israélienne, mère de deux fils tués au combat, d’être une “héroïne israélienne”,  “un symbole et une inspiration pour tous les citoyens israéliens”. Il lui a tendu la main avec «l’espoir d’une collaboration fructueuse pour le bien de la société israélienne ».

Bien imbu de sa mission, l’avocat de profession, endosse avec conscience ses obligations. “Je prends sur mes épaules la lourde responsabilité que vous me donnez. Je serai le président de tous, je construirai des ponts entre les différents pans de notre société“, a déclaré dans un discours télévisé le nouveau chef d’État, fils du sixième président du pays, Chaim Hyman Herzog, qui s’était toujours présenté en laïc quetioniste libéral.  

En Israël, la fonction de chef de l’État est apolitique et largement cérémonielle.  Le président peut toutefois gracier les prisonniers, accepter les lettres de créances des ambassadeurs, nommer le dirigeant chargé de former la coalition gouvernementale alors que le pouvoir exécutif reste entre les mains du Premier Ministre. 

Isaac Herzog a été élu président le jour où les adversaires de Benjamin Netanyahou, Premier ministre le plus pérenne de l’histoire du pays, pourraient annoncer un accord de coalition pour le chasser du pouvoir. 

En cas d’échec du centriste Yaïr Lapid à former un gouvernement avant l’échéance, les députés pourraient demander au président de mandater de nouveau un parlementaire. Sinon, ce sera le retour aux urnes, pour une 5e fois, en un peu plus de deux ans.

Esther LARRIEUX

Read Previous

L’Église catholique : Monseigneur Sylvain Ducange testé positif au Coronavirus

Read Next

Covid-19 : Saturés, les hôpitaux refoulent les patients en détresse respiratoire