Kaonabo FM

À J-26 : les femmes très peu emballées pour le référendum

À 3 semaines et quelques jours de son organisation, le référendum pour la nouvelle constitution ne fait pas l’unanimité auprès des femmes dans la société haïtienne. Si certaines semblent l’appuyer, la majorité de celles interrogées par l’agence le rejette. Elles déclarent qu’elles n’iront pas voter le 27 juin prochain.

Pour les femmes à l’opinion favorable, la décision de doter le pays d’une nouvelle Constitution est stratégique et réfléchie. Elles sont pour certaines marchandes, professionnelles, commerçantes, etc. Elles croient que la nouvelle loi-mère permettra une meilleure forme de gouvernabilité et permettra au pays d’aller de l’avant. Elles se disent impatientes d’aller remplir leur devoir citoyen.

À l’opposé, d’autres femmes remontées, le visage renfrogné, décrivent avec souci leurs batailles quotidiennes pour gagner leur vie. Les élections n’ont rien changé à leur vie sinon qu’elles s’appauvrissent chaque jour.  Elles ne croient plus aux élections, encore moins au référendum. Elles ne voteront pas. « À chaque élection, on sollicite nos votes mais après on oublie notre existence », s’agacent Jeannette et Évelyne, marchandes de chaussures sur la route de Delmas.

De 1918 à 1987, la République d’Haïti a connu  quatre  changements de constitution par voie référendaire. Le premier a eu lieu en 1918 avec l’occupation américaine, le deuxième en 1935 sous la présidence de Sténio Vincent, le troisième référendum en 1964  a donné un pouvoir à vie au docteur François Duvalier et le référendum de 1987 a permis à Haïti  de rompre avec la dictature et d’adopter la démocratie comme régime politique.

Esperancia JEAN NOEL

Read Previous

NBA : 3 grandes surprises en Playoffs cette année !

Read Next

Foot-ball : La valse des entraineurs de foot se poursuit cette année